Vous êtes ici : Accueil » Blog » Agadir Première le N° 43 – Février 2014

» Agadir Première le N° 43 – Février 2014


Agadir Première le N° 43 – Février 2014

AGADIR PREMIERE N°43, PAGES CITOYENNES
Avec Michèle Augsburger et Michel Terrier

RESPECTONS LES ANIMAUX, RESPECTONS LA VIE

 

UNE QUESTION D’HUMANITÉ

Dans nos pages citoyennes de ce numéro, nous allons vous parler d’habitants un peu particuliers de notre ville, mais des habitants quand même qui, comme tous êtres vivants, ont droit au respect et à un peu de civilité. Jamais loin de l’Homme, dont ils sont les compagnons depuis la nuit des temps, chiens et chats devraient logiquement poursuivre une existence paisible à ses côtés. Mais les temps modernes et la sédentarité ont changé la donne, entraînant chez ces animaux, une surpopulation, et chez l’Homme, une réaction extrême, le recours à l’éradication par crainte de la propagation de la rage. Jusqu’à présent, la triste réalité de nos rues, ce sont ces vagues d’empoisonnements faisant souffrir les animaux. Mais aujourd’hui, l’Association gadirie « Le cœur sur la patte » initie un tout autre exemple à suivre…

ASSOCIATION LE COEUR SUR LA PATTE

Une lueur d’espoir s’est allumée pour nos voisins à quatre pattes. Une association à but non lucratif s’est récemment créée, en faveur de la protection animale dans notre région. Derrière le nom « Le cœur sur la patte », ses dirigeants amoureux des animaux, Kamal Hafsi son président, Michèle Augsburger et Emma Courjon, Sabine et Jeanne Minault, œuvrent à l’application des soins nécessaires aux animaux des rues, blessés ou malades, à les stériliser pour éviter leur prolifération, à leur trouver des familles d’accueil et à sensibiliser nos semblables à leur souffrance. De futures réunions d’information dans les écoles, contre la maltraitance animale, sont notamment prévues. Le but immédiat de l’association « Le cœur sur la patte » consiste à élaborer une campagne générale de stérilisation et à rechercher des partenariats avec des sociétés et des adhérents pour mener à bien son action.

UN CONSTAT DE DÉTRESSE

C’est avec l’aide des autorités locales, conscientes des problèmes provoqués par la surpopulation canine et féline à Agadir, que l’association « Le cœur sur la patte » a vu le jour. Cette surpopulation entraîne des cas lamentables de chiens et de chats supprimés sans ménagement par crainte des maladies. L’empoisonnement, solution radicale longtemps employée, s’est avérée aussi cruelle qu’inefficace, car éliminer les animaux qui défendent un territoire, c’est seulement laisser la place à d’autres venant de l’extérieur de la ville. Dans les pays où la rage a été éradiquée, cela a été fait par le biais de vaccinations et de stérilisations massives, ainsi que le préconise l’Organisation Mondiale de la Santé Animale. De plus, les éradications d’animaux ternissent sérieusement notre image dans la presse spécialisée internationale.

UNE SOLUTION DIGNE ET PROUVÉE

Sachant qu’un couple de chats peut donner naissance à plus de 20.000 chatons errants en quatre ans, la stérilisation est la solution idéale qui respecte les animaux et empêche leur prolifération. Des villes touristiques comme Rome, Venise ou Istanbul, gèrent le problème de cette façon depuis des années. Agadir serait-elle la première ville d’Afrique du Nord à suivre cet exemple ? L’association Le cœur sur la patte vient, en effet, de mener sa première expérience pilote au quartier Talborjt, avec la fondation Brigitte Bardot qui a offert 150 stérilisations de chats et a permis de nouer contact avec Worldwide Veterinary Service (WVS), une association basée en Grande-Bretagne qui pourrait venir stériliser gratuitement plusieurs milliers de chats et de chiens errants, sous réserve d’autorisation de nos autorités.

QUE PEUT-ON FAIRE ?

L’association « Le coeur sur la patte » a donc pour priorité de contacter les autorités concernées pour obtenir ces autorisations de faire intervenir les vétérinaires de WVS sur Agadir – ce qui ne coûterait rien à personne – et d’obtenir ponctuellement la mise à disposition d’un local où effectuer ces interventions. En attendant cette éventualité, l’association doit faire face à des frais de fonctionnement pour défendre sa vision respectueuse des animaux. Pour développer ces actions préventives, une des premières pistes intéressantes serait des partenariats avec les hôtels de notre ville, pour la stérilisation de leurs populations de chats. Si vous aussi, sociétés ou particuliers, vous êtes sensibles à la cause défendue par l’association, faites-en part à son équipe et apportez votre soutien. www.lecoeursurlapatteagadir.com

Discussion

Laisser un commentaire




*