Vous êtes ici : Accueil » Blog » Un chienne qui souffre de la gale

» Un chienne qui souffre de la gale


Un chienne qui souffre de la gale

En passant dans le quartier résidentiel de Charaf, Jeanne, Michèle et Emma (sur la photo) – 3 membres de notre Association- ont trouvé cette chienne qui souffre de la gale, en plus d’autres maladies liées au manque de soins et de nourriture.
La vision de ce chien excessivement maigre, avec des plaies sur le corps, était assez difficile à supporter. Deux habitants du quartier sont passé au moment ou nos adhérentes nourrissaient la chienne et leur ont expliqué, qu’ils lui donnaient parfois à boire et à manger. Il faut reconnaitre que beaucoup de personnes se sentent concernés par la souffrance des animaux qu’ils peuvent croiser mais n’ont pas toujours de solutions à leur apporter.
L’Association voudrait pouvoir agir plus souvent dans de tel cas, mais faute de structure et de dons, ne peut accueillir autant d’animaux qu’il le faudrait et l’euthanasie reste souvent la seule solution.
Devant l’état de dégradation très avancé de la santé de cet animal, notre adhérente –sur la photo- à décider de prendre la chienne chez elle, pour essayer de la soigner dans les meilleures conditions.
La chienne ne pouvant presque plus marcher, en restant dans la rue, elle coure le risque non seulement pour elle-même de se faire écraser et de provoquer un accident mais son état de santé fait également courir des risques de transmission de maladies aux autres animaux et bien sur aux personnes (dont des enfants) pouvant entrer en contact avec elle.
Au delà du caractère très difficile de voir des animaux aussi malade, il existe un vrai risque de transmission des maladies à la population. Notre Association essaye de suivre avec les petits moyens dont elle dispose les animaux qu’elle localise dans la ville (et en périphérie), en distribuant de la nourriture, des médicaments et des soins.
En limitant le nombre des naissances et en exerçant un suivi, par quartier, nous souhaiterions éviter d’arriver à ce genre de cas, extrêmes, mais pourtant plus courant qu’on ne l’imagine.
IRIS, la chienne sur cette photo, qui a pourtant eu la chance d’être recueillit par notre adhérente, n’a pas survécue. Elle est morte au bout d’un mois, trop affecté par le manque de soins et de nourriture.

Discussion

Laisser un commentaire




*